Le déconfinement et mon chien : comment gérer ça ?

Le confinement ? Max a juste a-do-ré ! Il nous avait 24/24, 7/7, avec lui, parfois même, bonheur suprême, RIEN que pour lui. Le nirvana était proche… Et puis, patatras, pour une fois, c’est son compagnon humain qui doit reprendre le collier. Quel effet cela aura-t-il sur Max ? Comment l’aider dans ce passage ? Nous avons posé ces questions à une spécialiste. Voici ses judicieux conseils !

Vos courses faciles ?

Nos loulous ont vécu un rêve éveillé : nous étions là, 24/24, avec lui !

Des idées pour adoucir vos absences

60 ML SPRAY ADAPTIL

30,15 €

KONG CLASSIC XXL RED

23,59 €

snack kong

L’interview d’Adeline

Pourquoi les chiens ont adoré certains aspects du confinement ?

« Nos loulous vivent un rêve éveillé : leur maître adoré 24/24, des papouilles à gogo et des balades à n'en plus finir ! Avec le confinement, les chiens ont reçu plus d'attention, ils ne souffrent plus de solitude. Et ceux qui souffraient d'ennui et/ou de manque d'exercice physique sont respectés dans leurs besoins grâce à l'augmentation des balades, des jeux intellectuels, du travail en profondeur, de l'éducation. Tout ça a renforcé encore plus la complicité humain-chien. Les maîtres ont enfin eu du temps, et ont laissé à leurs chiens le temps de sentir les différentes odeurs, de lire les différents ‘whatsapp’ laissés par les copains du quartier, de marquer leur territoire à leur tour, de varier les itinéraires… »

Et du coup, quels problèmes pourraient survenir lors du déconfinement ?

« Avec ce changement brusque dans leurs habitudes, on pourrait voir réapparaître des troubles comportementaux liés à un manque d'exercice physique et/ou à de l'ennui, en fonction du besoin de la race, comme des aboiements excessifs, de l'agressivité, de la destruction, un état anxieux… »

Cette séparation subite aura donc un effet anxiogène sur lui ? « Oui, en effet, le chien est un animal social grégaire qui génétiquement n'est absolument pas fait pour être seul mais bien pour vivre en groupe. Il pourrait alors développer ce que l'on appelle une anxiété de séparation liée à la solitude et/ou à de l'hyperattachement. Le chien prend alors chaque départ de son maître comme un abandon, ou une exclusion : il se sent exclu de son groupe social. Les principales causes de ce trouble sont l’abandon vécu par le passé et la crainte de revivre ce cauchemar et/ou le non-apprentissage de la solitude par l’humain. »

Comment cette anxiété de séparation va-t-elle s’exprimer ?

« Ce trouble s'exprime par des signes de détresse lorsque le chien est séparé de son ou de ses êtres d'attachement. Il va ressentir une forte anxiété qu'il va tenter d'apaiser à tout prix en machouillant, détruisant des objets de tout type : bien souvent des objets qui portent l'odeur de son maître, ou justement tout ce qui l'empêche de rejoindre son maître comme les portes, les fenêtres, les plinthes ou les murs. Il peut aussi émettre des vocalises, des pleurs, des aboiements, des déjections… Il faut garder à l’esprit qu’il ne s'agit ici en aucun cas de vengeance, sentiment qui n'existe pas chez nos loulous. »

Les conseils d’Adeline

Apprendre ou réapprendre la solitude

« C’est d’une importance capitale. Il faut apprendre à nos loulous à tolérer nos absences : cela doit être appris très tôt, et réappris après chaque long moment de présence avec lui, comme les vacances… ou aujourd’hui le confinement ! Il ne faut surtout pas partir sans que votre chien ne s’en rende compte : cela risquerait d’accentuer l’anxiété et d’augmenter sa vigilance lors de vos départs, mais aussi de briser la confiance qu'il a en vous. Le soir après votre travail ou le week-end, habituez ou réhabituez-le progressivement à des délais d'absence très courts au début, puis de plus en plus longs, en y allant crescendo, tout en douceur et au rythme de votre loulou. »

Supprimer les rituels de départ

« Garde bien la maison, pas de bêtise… et autres rituels verbaux ou non verbaux ? Supprimez-les. Banalisez tous vos départs et vos retours à la maison, agissez comme si vous alliez simplement chercher le courrier ou sortir les poubelles! Il faut donc totalement ignorer votre loulou au moins 15 minutes avant votre départ afin de créer une période de transition face à votre départ, et l'ignorer également tout le temps qu’il lui faudra pour se calmer à votre retour. Tout cela afin de dissocier votre départ et votre retour à de l'émotionnel. »

Anticiper les départs par une chouette balade

« Une bonne idée pour dépenser au maximum votre loulou, car un chien fatigué est un chien moins anxieux mais surtout un chien heureux ! »

Rester zennnnnn

« Intérieurement, vous culpabilisez à l'idée de le laisser seul ou vous paniquez à l'idée de retrouver votre maison dévastée ? Tous vos efforts seront annulés… les chiens sont de véritables éponges à émotions, ressentent absolument tout ce que nous pouvons ressentir et lisent en nous comme dans un livre ouvert. Ce qui est absolument merveilleux, car ils nous aiment tels que nous sommes, sans masque ni artifices, et nous pardonnent tout. Le double tranchant : nous voilà obligés de travailler sur nos émotions… dans des situations telles que l'apprentissage de la solitude. Vous devez donc partir sans culpabilité, peur ni frustration, comme si vous sortiez les poubelles… »

L’occuper pendant votre absence

« 15 minutes avant votre départ, veillez à bien mettre à sa disposition ses jeux préférés, en vous assurant qu'ils ne présentent aucun danger : un kong à mastiquer, un jeu intellectuel, une corde ou encore un tapis de fouille et/ou de léchage, par exemple. Jouer avec quelque chose qu’il adore l’aidera à passer le cap le plus dur de la séparation : les 15 à 20 premières minutes. »

... Bas les masques !

« Attention, humains masqués ! ☺ Mais oui, lors de nos balades, nous risquons de croiser de plus en plus de gens portant un masque. On peut habituer nos loulous par association positive : dès que l'on croise une personne avec un masque en rue, on lui donne une friandise. Et on le fait aussi à la maison : on habitue son chien à nous voir porter un masque car la communication risque d’être perturbée ! »

Le dernier mot d’Adeline ?

« Tout ceci afin d’apprendre à votre loulou à canaliser et gérer ses émotions face à votre départ et à tolérer la solitude. Si cela ne suffit pas, n'hésitez pas à faire appel à un professionnel en comportement canin, un vétérinaire comportementaliste ou un coach en éducation canine. »

Besoin d’un conseil ou d’un article de première nécessité ?

image