Filou et les caresses : bonheur ou stress ?

Notre boule de poils, on l’adore tellement qu’on le caresserait bien toute la journée… Oui, mais qu’en est-il du point de vue du chat : est-ce OK pour lui ? Filou aime être caressé, parfois, pas toujours : ça dépend quand, comment, à quelle fréquence. Petit voyage au pays des caresses, du chat, et d’une notion importante : son “intégrité physique”.

Vos courses faciles ?

Des idées pour prendre soin de son chat

EBI CLASSIC-TREE CATAR CA. 76X56X128CM GRIS

PAINIER OVALE PEAU DE MOUTON 50X35CM BEIGE

TOM&CO SNACK POULET / FROMAGE 75G

Les dizaines de contacts ‘’non annoncés’’ ou ‘’non désirés’’, toutes ces papouilles ‘’automatiques’’ : ça peut finir par peser, devenir source de stress... et de marquage.

Le chat aime-t-il être caressé ?

Bonne question ! La tentation est grande d’enfouir nos mains dans la fourrure du chat dès qu’on le voit. Et si on se mettait de son point de vue ? Comme l’écrit Sonia Paeleman*, comportementaliste : « On voit alors un quotidien où on peut être touché, attrapé, maintenu, soulevé, déplacé, sans que l’on vous demande votre avis. Et ce, dans des proportions qui dépassent tout ce qu’on peut imaginer : la somme des contacts appliqués par 24 h par personne et par chat dans une cohabitation peut dépasser la centaine. »

Énorme ! Et ce sont tous des contacts pas forcément recherchés par le chat. De la main qui passe sur l’échine à la gratouille sans y penser dès qu’on a une oreille à proximité, on est dans l’automatisme. Et à côté de ça, on ajoute encore les « séances câlins officielles » !

Le chat est un être affectueux, affectif, mais qui a un besoin fondamental de se retrouver dans sa bulle, au calme, en retrait, à certains moments où il le décide. Un bon départ dans notre relation avec lui est de lui « permettre de récupérer la main sur son intégrité physique », qui lui appartient…

Et d’apprendre les « codes caresses » !

* Comprendre votre chat, les secrets d’une comportementaliste, Sonia Paeleman

La bonne caresse, du point de vue ‘’chat’’

Lui demander son avis

Avant toute chose, on s’annonce à sa Majesté ! On attire son attention, par une voix douce. Et on l’approche doucement, de manière à déja décoder si Filou a envie d’un contact ou pas. Et évidemment, quand il dort, on le laisse… même s’il est “trop chou comme ça” !

Bannir l’automatisme

On l’a compris : les gratouilles automatiques dès que son pelage arrive à notre regard… on évite ! Oulaaaa pas facile ? On va y arriver, si, si ! On réfrène nos envies de caresses à tout va, ça deviendra notre mantra !

Une question de main

Filou déteste être surpris, encore moins par une main (c’est énorme pour lui !) qui arrive par derrière ou, encore pire, d’en haut. Menaces absolues ! On lui présente toujours notre main ouverte, pour un p’tit flairage de “bonjour”, puis on décode sa réaction à ce premier contact...

Oui ou non ?

Il vient toucher notre main avec sa tête, se retourne et nous montre son flanc ou son derrière ? Il est disposé au contact. Il donne des petits coups et reste à distance ? Il ne veut pas de contact tactile mais on peut lui parler doucement, clignant légèrement des yeux. Il sent la main mais tourne le regard et parfois s'en va ? On le laisser tranquille, on ne lui parle même pas.

Les zones ‘’encore encore’’

Toute la zone de la tête de Filou est une zone “plaisir”. Contour de la gueule, menton et joues : il adore, c’est là que sont nichés nombre de récepteurs sensoriels. Et la base des oreilles est “le” lieu de grattage bien connu des connaisseurs ! Une fois la tête bien papouillée, on peut passer par le cou, les omoplates et une partie du dos…

Les zones ‘’pas touche’’

Attention, la base de la queue est ultra sensible : Filou hésite entre j’aime/j’aime pas… et en sort assez énervé ! On évite la queue et les pattes : des zones orange, voire désagréables… Et quid du ventre ? Zone mitigée, décodage précis du chat requis ☺ : un chat qui montre son ventre ne demande par une caresse, il dit “je prends ma place” ou pire “prêt à me défendre” !

‘’On ne se pose souvent pas la question de ce que souhaiterait (ou pas) le chat. Il n’y a peu de délais de réflexion entre l’envie de l’humain de caresser, solliciter le chat et la réalisation immédiate de cet élan.''
Sonia Paelman

Le chat caressé mordeur : mais quel malentendu !

Le scénario est classique : on caresse Filou, on le croit demandeur, tout se passe bien et tout d’un coup, Filou mord… Après la lecture de cet article, on sait que sans doute : on ne s’est pas annoncé, on n’a pas demandé son avis, et surtout on n’a pas décodé ses multiples signaux “NON”. Pourtant il s’est laissé faire un temps ? Ben oui, notre Filou est un maître de la résilience. Il s’adapte, nous “dit” plusieurs petits non : il bouge ses oreilles, bat la queue, dilate ses pupilles… Puis comme on est dur d’oreille, il “parle” plus fort. Et là, miracle, le contact non désiré s’arrête...

Résultat : on ne punit jamais, jamais. On apprend à “parler chat” ;)

Besoin d’un conseil ou d’un article ?

Le chat et l’enfant : comment bien se rencontrer

image